KOFIP

Historique

Le Collectif de Financement Populaire(KOFIP) est né de l’initiative de quatre organisations (CCG, Fonhades, Fonkoze, Coopérative Solèy Leve) qui ont commencé, dès novembre 1995, à échanger sur la nécessité d’organiser des actions communes en matière de financement populaire. En décembre 1996, une trentaine d’autres organisations, très diversifiées, mais toutes impliquées dans le financement les ont rejointes. En mai 1997, le collectif a décidé de prendre le nom de Collectif de Financement Populaire. Le 24 juillet 1997, le KOFIP a été enregistré officiellement auprès de l’Etat haïtien.

Mission: KOFIP s’est fixé pour mission de promouvoir un système de financement populaire doté d’un encadrement technique et d’outils managérials de haute qualité, et de s'employer à le renforcer en l’adaptant constamment aux nouveaux besoins et à l’évolution de la situation socio-économique des populations.

Ojectifs:

1)    Assurer une couverture en matière de financement la plus large et la plus dense possible, pour que chaque habitant du pays, puissent avoir accès à des outils financiers de qualité et adaptés à leurs besoins et capacités ;

2)    Favoriser l’articulation et les synergies entre, d’une part, les différents intervenants en matière de financement et, d’autre parte, entre ces intervenants en matière de financement et les producteurs haïtiens ;

3)    Œuvrer à l’application de normes strictes en matière de gestion de l’épargne et des crédits, afin de sécuriser l’épargne des membres et de s’assurer du bon remboursement des crédits ;

4)    Œuvrer pour que toutes les structures de financement populaire ayant fait leurs preuves dans leurs capacités de gestion aient accès à des refinancements, issues de fonds d’Etat, de bailleurs de fonds ou autre, afin de satisfaire les besoins des membres (et non membres) en matière de crédit ;

5)    Participer à l’élaboration d’une loi régissant le fonctionnement des organisations de financement populaire qui est en adéquation avec leurs besoins ;

6)    Contribuer, d’une part, à l’analyse de l’offre en matière de financement, des besoins financiers des producteurs et de l’appareil productif national en général, et, d’autre part, à l’échange d’expériences et de connaissances avec les organisations travaillant dans le domaine de la finance.

Structure du KOFIP 

Dans ses interventions et sa structuration, le KOFIP cherche toujours à favoriser la décentralisation, défi majeur en Haïti, et la primauté des Mutuelles de Solidarité (MUSO). C’est pourquoi, le KOFIP a choisi une structure à trois niveaux, à savoir un niveau communal (localités, sections communale et commune), un niveau départemental (blocs et département) et un niveau national, où les MUSO se doivent d’être le principal décideur.

Le niveau communal

Au niveau communal, nous trouvons les MUSO. C’est à ce niveau que se constituent les pôles locaux de financement en association avec les différentes organisations de base (organisation paysanne, d’artisans, etc.), ONG et tout autre acteur impliqué dans le développement local.

Les MUSO sont encouragées à s’organiser entre elles pour former des assemblées, de sections communales et/ou communales, durant lesquelles elles peuvent prendre les décisions pour organiser le pôle de financement... et des positions communes pour défendre un point de vue, un projet, etc. lors des assemblées de bloc.

Le niveau départemental 

Le niveau départemental est composé de plusieurs assemblées de blocs, d’une coordination départementale et d’un bureau exécutif départemental. Les assemblées de blocs sont constituées par un représentant de chaque MUSO. Ce sont elles qui élisent les membres de la coordination départementale et qui présentent leurs besoins au bureau exécutif départemental.

La coordination départementale est composée par des représentants de MUSO choisis lors des assemblées de blocs. La coordination départementale fixe les axes d’intervention du bureau exécutif départemental et le contrôle à travers les suivis et évaluations.

Le bureau exécutif est chargé d’accompagner, encadrer et de répondre aux besoins des MUSO de les coordonner pour une action efficace, de favoriser l’émergence de nouvelles MUSO, d’organiser des réseaux d’échange entre tous les membres et partenaires du KOFIP et de faire la liaison entre le niveau communal, départemental et national, ... Pour pouvoir mener à bien ces tâches, le bureau est constitué d’un coordonnateur départemental, d’une secrétaire et de plusieurs animateurs.

Le niveau national

Le niveau national est composé de trois organes, soit une assemblée générale, un conseil d’administration et un bureau exécutif. L’assemblée générale est l’entité suprême qui coiffe tous les autres organes. Elle est constituée essentiellement des représentants des différentes MUSO des dix départements qui sont soit élus spécialement par leur assemblée locale respective, soit ce sont les membres de la coordination départementale.

Le conseil d’administration, élu par l’assemblée générale, est l’organe de direction. Il a notamment pour fonction d’assurer la gestion et la supervision des activités financières et d’engager le personnel nécessaire au bon fonctionnement du KOFIP, définir et proposer le plan opérationnel annuel, et contrôler et surveiller le travail du bureau exécutif à travers des suivis et évaluations.





SIDI

CTA

Union européenne

OXFAM

CCFD- TERRE SOLIDAIRE

ANACAPH